Fondation Louis Vuitton

Les effets de serre de Frank Gehry

Luc Le Chatelier Publié le 6 novembre 2014 à 15h33

Fondation Louis Vuitton, à partir du Jardin d’Acclimatation - Photo Iwan Baan, 2014

Après treize ans de gestation, la nef de verre conçue par Frank Gehry déploie ses voiles dans le bois de Boulogne. Incroyable bâtiment comme gonflé par les vents et l'ambition d'être vu, la Fondation Louis Vuitton a ouvert au public le 27 octobre 2014.

Au bout du Jardin d'acclimatation, dépassant la cime des grands arbres, une formidable nef aux voiles de verre fend désormais la futaie. Pour dévoiler ses collections d'art et damer le pion à son éternel rival François Pinault et son Palazzo Grassi à Venise, Bernard Arnault, patron de LVMH et première fortune de France selon le magazine Challenges, s'est offert sous les cieux parisiens un sublime écrin.

La grande difficulté du projet, précise l'architecte, résidait dans son environnement : « C'est beaucoup plus facile de construire en plein centre-ville, au milieu de la foule, du bruit et des autres immeubles, car vous avez une excuse si vous êtes mauvais. Ici, avec la nature qui vous regarde, vous avez intérêt à être bon, parce qu'elle ne vous pardonnera aucune erreur. »

Malgré ses mensurations de géant – 46 mètres de haut, 110 de long, 50 de large -, l'étrange bâtiment aux allures d'insecte domine certes la canopée, mais sans tout écraser. Comme en lévitation sur un plan d'eau alimenté par une cascade, ses douze ailes, voiles, élytres de verre caparaçonnent sans le toucher le noyau central : une boîte de béton blanc, élégante et plutôt classique, qui permet de loger une succession de salles d'exposition, auditorium, cafétéria, restaurant étoilé, et quelques vastes terrasses avec vue sur l'Etoile, les frondaisons, La Défense au loin...

Fondation Louis Vuitton, le 7 novembre 2104 - Photo Olafur Eliasson Fondation Louis Vuitton - Photo Bertrand Guay © AFP Bernard Arnault à la fondation Louis Vuitton en septembre 2014 - Photo Annie Leibovitz © Vogue

« La seule façon de construire un objet aussi important dans un site pareil était de le traiter comme une serre, à l'image de ces structures magnifiques que l'on trouve dans les parcs à Londres, ou, pas loin d'ici, à Auteuil. Nous l'aurions réalisé dans un matériau opaque, du métal ou du béton, nous aurions eu un million de plaintes et de mécontents », explique Franck Gehry. « Là, en verre, tout le monde était d'accord. »

De Franck Gehry, lauréat du prix Pritzker en 1989, tout le monde connaît au moins en photo le phénoménal musée Guggenheim de Bilbao, gigantesque escargot de titane qui, par sa seule présence au milieu du port, a redonné vie à cette cité industrielle en crise du Pays basque espagnol. Pas certain cependant que l'on ait une réplique bois-de-boulognaise du fameux "effet Bilbao" : certes, le bâtiment de la fondation Louis Vitton, hors norme, vaut à lui seul le détour, mais il est peut-être un peu isolé au milieu des bois pour attirer les huit cent mille visiteurs annuels attendus par les services marketing.


Fondation Louis Vuitton
8 avenue du Mahatma Gandhi, 75116 Paris
Tél. +33 1 40 69 96 00
Informations pratiques
Site officiel

En 1977, après vingt ans de métier dans de grandes agences, Frank Gehry ose tout chambouler avec sa propre maison à Santa Monica, aux Etats-Unis : le plan, les matériaux, l’angle droit.
La rétrospective de son œuvre au Centre Pompidou montre avec éclat son inimaginable inventivité, mais aussi le talent de ses ingénieurs.

Portrait de Franck Gehry, lors de son interview par David Sheff pour le magazine Playboy (février 2011) - © Playboy

En savoir plus sur Frank Gehry